Relief représentant Hécate, déesse de la magie et du monde des morts - Paris - Musée du Livre

Paris - Musées du Louvre
Région de Cyzique - Turquie - 3° siècle av. J.-C.
Relief représentant Hécate, déesse de la magie et du monde des morts.
Elle reconnaissable à ses deux torches et au chien qui l'accompagne


Hécate :
Son nom signifie " qui s'étend son pouvoir au loin ".
La déesse gardienne des clés des Enfers entourée de serpents ; Déesse magicienne comme sa fille la magicienne Ciré ; elle régnait sur la fertilité de la terre et sur les heures de la nuit.

Fille des Titanides Persès et d'Astéria. Une divinité ancienne appartenant à la première génération des dieux grecques, donc elle fait partie des divinités olympiennes ; Zeus la respectait beaucoup.

La déesse aux trois figures ou aux trois têtes qui gardait les clefs des Enfers ; elles est représentée sous forme d'une triade de trois femmes debout, autour d'une colonne (hekataion), chacune touche par les épaules les deux autres femmes ; chaque femme tient pas les mains ses armes et attributs, mais parfois on la représente comme une seule femme à trois têtes. Parfois les trois têtes animalières (une de lion, une de cheval et la troisième est une tête de chien).

En raison de cette représentation triadique ou tricéphale, elle fut assimilée parfois aux trois divinités féminines : Séléné, Artémis et Perséphone. Elle était également considérée tardivement comme la déesse compagnonne d’Artémis, la déesse de la chasse.

Elle parfois, représentée, comme dans le présent exemple sous forme d'une femme debout, tenant deux torches (une torche à chaque main) éclairant l'obscurité et accompagnée d'un chien et de serpents.

Il s'agit d'une déesse nocturne associée à la lune nouvelle ; Séléné et Artémis personnifiaient les deux autres phases lunaires. Ses attributs sont les torches (qui éclairent la nuit comme la lune) ; les serpents lui sont consacrés, cela témoigne qu'il s'agit d'une divinité chthonienne (du monde souterrain).

Au début, elle a été honorée comme étant une divinité protectrice et bienfaisante dispensant des richesses matérielles et spirituelles aux mortels et immortels ; ses pouvoir s'étendaient sur la terre, la mer et le ciel. Puis plutard on la respectait et craignait comme étant une déesse maléfique, messagère des fantômes et des démons qui pratique la magie noire et la divination (d'où son surnom : la déesse magicienne) et inspire les cauchemars nocturnes. Médée de Colchide aux talents de magicienne était considérés la prêtresse d'Hécate.

Elle était suivie d'une meute de chiens aboyant et contrôlait et protégeait, sous sa forme tricéphalique, les carrefours des routes sur lesquels on élevait ses statues afin de lui offrir des sacrifices permettant l'obtention de ses faveurs et bénédictions. Le Romains l’appelaient " triva " ou " aux trois voiens ".


Références :
Annie Collognat. Dictionnaire de la mythologie gréco-romaine. omnibus 2016.
Catherine Salles. La mythologie grecque et romaine. Pluriel 2013.
Histoire de la Mythologie. National Geographic France. 2012.
Philip Wikison, Neil Philip. La Mythologie ; création ; dieux ; héros ; monstres ; lieux mythiques. Edition Gründ 2008. p;55 ; 86.
Félix Guirand, Noël Schmidt. Mythes, Mythologie, Histoire et dictionnaire. Larousse 2006.
Jacques Lacarrière. Dictinnaire amoureux de la Mythologie. Plon 2006.
Dictionnaire de l'Antiquité. Sous la direction de Jean Leclant. Quadrige / puf. 2005.
Timothy Gantz. Mythes de la Grèce archaïque. Belin 2004.
Anthony Rich. Dictionnaire des antiquités romaines et grecques. Editions Molière 2004.
Arthur Cotterell. Mythes et légendes du monde. Encyclopédie illustrée. Maxi-Livres, Paris. 2002.
Jean Chevalier, Alain Gheerbrant. Dictionnaire des symboles. Rboert Laffont. 1982.
P. Commelin. Mythologie grecque et romaine. Paris, Editions Garnier Frères. 1948.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Véganisme


Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : le 9 Mars, 2020

aly-abbara.com
avicenne.info
mille-et-une-nuits.com
Paris / France