Dermatologie féminine

Chute des cheveux chez la femme

Diagnostic de la chute des cheveux chez la femme 

La chute de cheveux est considérée comme anormale si elle dépasse 60 100 éléments par jour. Elle peut comporter un cuir chevelu cicatriciel ou non cicatriciel. Elle peut toucher l'ensemble du cuir chevelu (alopécie diffuse) ou certaines zones (alopécie localisée). Elle peut être accompagnée d'autres signes : cheveux gras, pellicules, cheveux fins ou cheveux cassants... Il existe de nombreuses causes de perte de cheveux chez la femme, parmi lesquelles on peut citer l'effluvium télogène, souvent caractérisé chez la femme par une chute de cheveux après l'accouchement (voir la page http://www.aly-abbara.com/peau-cheveux/cheveux-grossesse.htm), la pelade ou la calvitie (qui ne s'observe pas que chez les hommes)

La pelade

La pelade est une chute des cheveux localisée, provoquant des plaques d'alopécie non cicatricielle (le cuir chevelu est de texture normale ànl'endroit ou les cheveux sont tombes). On la considère généralement comme une maladie auto-immune (pathologie dans laquelle le système immunitaire se retourne contre un organe) : on note une attaque du follicule pileux par le système immunitaire. Elle peut donc aussi toucher les poils, les sourcils... On peut aussi parfois observer des pathologies auto immunes associées, de la thyroïde notamment. Le traitement peut être soit local soit général en cas de pelade extensive.

La calvitie

La calvitie est une chute des cheveux qui contrairement à ce que l'on pense généralement, n'est pas réservée aux hommes. Elle est encore appelée alopécie androgénétique (AAG) : elle résulte de la conjonction entre une sensibilité génétiquement déterminée des cheveux, aux hormones mâles. Certaines femmes peuvent soit avoir trop d'hormones mâles dans le sang, soit avoir génétiquement une sensibilité accrue de leurs cheveux aux hormones mâles circulant dans leur sang à des taux normaux. 

Elle se manifeste chez la femme par une miniaturisation des cheveux, qui deviennent plus fins et plus courts, sur le haut du crâne. La lisière frontale est le plus souvent respectée, au moins au début de l'évolution de l'AAG.

Le médecin qui détecte une AAG pourra demander a sa patiente de réaliser un bilan hormonal, notamment s'il détecte des signes évocateurs d'une hyperandrogénie (troubles des règles, augmentation de la pilosité...) et le cas échéant, le traitement hormonal correcteur pourra contribuer à améliorer la calvitie. Le traitement local est le plus souvent à base de lotion dont la molécule est le minoxidil. Le minoxidil était utilise en cardiologie dans la prise en charge de l'hypertension artérielle et incidemment, les médecins se sont rendus compte qu'il augmentait la pousse des poils. D'ou l'idée de l'utiliser localement pour la prise en charge de la calvitie. Il est applique deux fois par jour sur la zone d'AAG
---------------

Dr L ROUSSEAU, dermatologue et auteur d'un site de dermatologie (peau, cheveux, beauté)

 



Site du Dr Aly Abbara
Mise à jour le : 28 Février, 2013

Liste des termes
Gynécologie Obstétrique
Accueil du livre

Contacter Dr Aly Abbara

www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com