Différences fondamentales épidémiologiques et cliniques entre l'infection à
HPV (Human Papillomavirus) à bas risque et à haut risque
- Extrait de : Joseph MONSONEGO. "L'infection à HPV à bas risque et à haut risque : convergences et divergences ".
Genesis n° 117, juin 2006. p:10-11.
Caractéristiques
HPV à bas risque
HPV à haut risque
  • Types viraux
  • Le plus souvent on retrouve les types 16 et 18 dans les lésions immédiatement précancéreuses (Néoplasies intra-épithéliales cervicales de type CIN III) et les cancers
  • Manifestations cliniques
  • Transmission
  • Contact sexuel
  • Parfois par contact non sexuel :
    (linge ou surface souillée avec le revêtement génital externe).
  • Parfois par auto ou hétéro-transmission à partir de verrues digitales lors des attochements ou de la toilette intime
  • Contact sexuel
  • Contact non sexuel
  • Cibles le plus souvent concerneées pour les lésions
  • 15 - 25 ans :
    • 10 % chez les jeunes de 15 à 25 ans contre
    • 1 % dans la population générale
  • 20 - 70 ans
  • Pic de prévalence
    infection/Maladie
24 ans
25 ans
pour l'infection à papillomavirus (HPV)
pour les condylomes acuminés (CA)
25 ans
35 ans
45 ans
(HPV)
(CIN3)
(Cancer)
  • Délai moyen d'apparition des lésions après exposition au virus
  • 2 à 8 mois
2 à 5 ans
15 à 20 ans
Pour les CIN
Pour les cancers (sans dépistage)
  • Transmissibilité virale
  • Forte
  • Faible à partir d'une lésion cervicale chez la femme à l'homme (réplication virale atténuée, voire nulle dans les CIN avancées et surface de contact limitée).
  • 5 % des hommes sont porteurs de lésions à HPV au niveau génial lorsque la femme présente une lésion CIN
  • Expression clinique
  • Condylomes acuminés génitaux affectent à égalité les filles et les garçons :
  • Multifocaux-Pluricentriques
  • Sites : Vulve et périné ++, vagin-col
  • Même en l'absence des rapports sexuels anaux, les lésions intra-anales sont classiques
  • Néoplasie intra-épithéliale (NIE) -
  • Le site privilégié est la zone de transformation du col = CIN
  • Les lésions du vagin (VaIN), de la vulve (VuIN) et de l'anus (AIN) sont plus rares.
  • Particularités
  • Extension-Association autres IST
  • Récidives 30 %
  • Traitements multiples :
    • efficacité relative (réponse complète à 1 an 50 - 70 %)
    • 20 % persistent après 1 an de traitement
Lésion unifocale : CIN I -II -III +++
Rarement multifocale
Traitements efficaces sur ler col :
Le succès du traitement destructeur est de l'ordre de 90 % et de 95 % en cas d'exérèse.
  • Oncogéniques
  • Non
  • Oui
  • Immunologiques
  • Immunité naturelle très peu protectrice
    • 50 % des sujets développent des condylomes acuminés après contact.
    • Condylomatose ano-génitaux florides chez les jeunes lors de la primo-infection et en cas d'immunodéficience (grossesse...)
  • Immunité naturelle meilleure :
    • 80 % des sujets exposés éliminent le virus spontanément (infection transitoire)
    • 20 % sont des infections persistantes au delà de 24 mois.
  • Capacité transformante
  • Les protéine E6 et E7 de virus n'interfèrent pas avec les protéines inhibitrices du cycle cellulaire à l'exception de la maladie de Buschke- Lowenstein.
  • Les protéine E6 et E7 de virus interfèrent avec le protéines de régulation du cycle cellulaire p53 et pRB à l'origine des lésions dysplasiques.
  • Risque lésionnel après conatct
  • 50 % dans un délai < 8 mois
  • Après contact de la zone de transforamtion cervicale, le risque est de :
    • 20 % de développer une CIN3 dans un délai de 5 à 10 ans.
    • 5 % pour les cancers du col dans un délai de 15 à 20 ans et sans intervention de dépistage
    • 1 % pour les cancers du col avec intervention de dépistage.

Liste des termes

Accueil du livre

www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com

  Paris / France