Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash


KYama - le Dieu hindou de la Mort
Identifié à Kâla

(Sculpture provenant du Népal - Bouddhisme)

 
 

Un dieu mystérieux souvent personnifié, identifié et représenté avec les attributs de Yama (fils de Surya, le dieu solaire) ; c'est le dieu de la Mort dans les Védas et également le premier homme vécut, et également le premier mort, et le premier à avoir franchi les portes du monde des morts d'où ses titres : « roi des esprits des ancêtres - le dieu de la Mort - la Mort ». Yama souverain du royaume des morts, il devient le juge suprême qui châtie les responsables d'actes malveillants.

Yama a eu Yami comme jumelle et épouse ; ensemble, ils forment le couple primitif qui engendra la première race humaine. Ces premiers humains vécurent dans " l'âge d'or de l'humanité " où les dieux, les humaines et les animaux parlent le même langage, mais quand le désordre gagna ce monde, les dieux en colère, provoquèrent un énorme déluge afin d'anéantir tous les hommes, mais heureusement un seul homme survécut à ce chaos, il s'agit de " Manu " qui fut sauvé par un poisson. Manu par des rites et prières dédiées aux dieux, réussit à obtenir une femme avec laquelle il peuple la terre par une nouvelle génération de la race humaine (d'après le déluge).

Yama est également appelé Kritanta (le finisseur), Samana (le colon) et Pasi, le terrible maître armé d'une corde à nœud coulant et d'une masse, chevauchant un buffle, et qui punit les hommes pour leurs mauvaises actions. Deux redoutables chiens à quatre yeux gardent son palais dans la cité des morts et parcourent régulièrement le monde afin de recueillir les âmes des humains mourants.

Après la mort, l'âme humaine quitte le corps et traverse le fleuve Vaitarani pour gagner, au bout d'environ cinq heures Yamapura, la cité de Yama et le monde des morts. Arrivée à son palais, l'âme du défunt passe devant ses deux chiens monstrueux et féroces afin d'atteindre la salle du jugement. La liste des actions accomplies par le décédé durant sa vie sont énoncées par le secrétaire-greffier devant Yama afin qui puisse donner son jugement : soit un séjour céleste pour l'âme, soit un séjour dans une des vingt et un enfers, soit encore un retour sur terre, dans le monde des hommes pour y renaître et revivre. Yama dans ses fonctions de juge des âmes personnifie " le contrôle de soi " ; il est l'ami du bien et l'ennemi du mal qui punit les hommes qui ont perdu le contrôle de leur ego.

Dans le Bouddhisme :
Yama est appelé encore " Yamaraja " ou " Dharmaraja = Roi du Dharma " ; le seigneur de la mort à tête de taureau (dans cette sculpture provenant de Népal, on retrouve du taureau les deux cornes et les oreilles). Yama est représenté habituellement brandissant dans les mains un sceptre surmonté d'une tête de mort et une corde terminée par un crochet et un anneau qui lui servent à éliminer les interférences néfastes. Il est debout sur un taureau s'unissant à un humain couché (représentation de la domination des obstacles). Yama est de couleur bleue ou noire
La compagnonne de Yama est sa sœur Yami (appelée également Chamundi et Shinijéma) ; elle est bleue ou noire , tenant dans sa main gauche une calotte crânienne et dans sa main droite un trident.
Dans l'entourage de Yama on retrouve huit serviteurs de chaque sexe.
Dans le Bouddhisme on reconnait trois forme de Yama : " Yama extérieur ", protecteur du Dharma ; " Yama intérieur " seigneur de la mort dont le rôle est de décider dans quel monde doivent renaître les morts ; " Yama secret " représentant le perturbation internes (colère, peur, désir...)

 
 

Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : 5 Avril, 2015
museum.aly-abbara.com

 
Musée virtuel
Sommaire  voyages
Indonésie
  Accueil du site de Dr Aly Abbara  
  www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com
Paris / France