Les vaccins contre les papillomavirus humains
Auteur : Dr Aly Abbara

 
   
  • En France, depuis 2007, deux vaccins contre les papillomavirus humains sont disponibles :
    • le premier vaccin est quadrivalent, efficace contre quatre génotypes de HPV : HPV-6, HPV-11, HPV-16 et HPV-18
      • Il est indiqué dans :
        • la prévention des lésions précancéreuses de haut grade et du cancer du col de l’utérus dus aux HPV-16 et HPV-18 ; sachant que ces génotypes viraux sont à l’origine de plus de 70% des cancers du col.
        • la prévention des condylomes acuminés de la région ano-génitale (des verrues génitales) dus aux HPV-6 et HPV-11.
      • Ce vaccin a bénéficié d’une autorisation européenne de mise sur le marché (AMM) en septembre 2006. Il est commercialisé en France par les laboratoires Sanofi Pasteur MSD depuis novembre 2006 et il est admis au remboursement par l'Assurance Maladie à 65 % depuis le 11 juillet 2007.
      • En France, ce vaccin s’adresse (pour être remboursé) aux jeunes filles de 14 ans et aux jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas encore eu de rapports sexuels, ou au plus tard durant l’année suivant leur premier rapport, sachant qu'avant la commercialisation de ce vaccin quadrivalent, il a été évalué sur un total de plus de 11 000 personnes inclues dans les essais d'évaluation de l'efficacité et l'immunogénicité du vaccin, elles étaient de sexe féminin, âgés de 9 à 26 ans (la démonstration de l'immunogénicité du vaccin chez les enfants de 9 à 15 ans, et la démonstrations de l'efficacité préventive du vaccin chez les femmes adultes de 16 à 25 ans).
      • Le schéma vaccinal comporte l’injection de trois doses par voie intramusculaire à 0, 2 et 6 mois. En cas d'interruption vaccinale, le schéma ne sera pas recommencé, mais simplement complété en donnant les doses vaccinales manquantes et dès que c'est possible ; si c'est les 2ème et 3ème doses sont manquantes, l'intervalle séparant l'administration de ces doses doit être réduit à 12 semaines.

    • le deuxième vaccin est bivalent, efficace contre les HPV 16 et 18.
      • Il indiqué dans la prévention des lésions précancéreuses de haut grade et du cancer du col de l’utérus dus aux HPV-16 et HPV-18.
      • Il a reçu son autorisation de mise sur le marché européen (AMM) le 20 septembre 2007 et il a été admis au remboursement à 65% par l’Assurance-maladie depuis le 8 juillet 2008.
      • En France, ce vaccin s’adresse aux jeunes filles de 14 ans et aux jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas encore eu de rapports sexuels, ou au plus tard durant l’année suivant leur premier rapport.
        Le schéma vaccinal comporte l’injection de trois doses par voie intramusculaire à 0, 1 et 6 mois.
  
 

 
 

  • Références
    • Joseph Monsonego. Questions/réponses sur la vaccination Papillomavirus Humain GENESIS - N° 131 - Mai 2008 - P:13
    • Rapport de l'Académie Nationale de Médecine (France) de 11 décembre 2007
 
 

En ce qui concerne les vaccins contre les Papillomavirus humains, il est indispensable du consulter
le rapport de l'Académie Nationale de Médecine (France) de 11 décembre 2007 :
http://www.academie-medecine.fr/UserFiles/File/begue_rapp_11dec_2008.doc
 
 

RAPPORT
Au nom des commissions VI-A, VI-B, III et de deux groupes de travail

Les vaccins des papillomavirus humains. Leur place dans la prévention du cancer  du col utérin

Pierre BÉGUÉ, Roger HENRION
**, Bernard BLAN,  Marc GIRARD***, Hélène SANCHO-GARNIER***

Constitué de :
Commission VI-A
(Maladies infectieuses et médecine tropicale)
Membres de l’Académie
 : Mme BRUGÈRE-PICOUX, MM. BASTIN, BÉGUÉ (Secrétaire), BUISSON, DARNIS, DENIS, EUZÉBY, FROTTIER (Président), GERMAN, LAVERDANT, LE MINOR, PARODI, PÈNE, PILET, RÉRAT, ROCHEMAURE, TIOLLAIS, VAYRE.
Membres correspondants :
Mme CHOISY, MM. ARMENGAUD, BASTIDE, BAZIN, BERCHE, BERTRAND E., BRICAIRE, CHASTEL, DUMAS, DURAND, GIRARD, LECLERC, LÉOPHONTE, MICHEL-BRIAND, PÉCHÈRE, PETITHORY, REY, RICHARD-LENOBLE, RODHAIN, SANSONETTI, TOUZE
Commission VI-B (Infections sexuellement transmissibles -  Sida)

Membres titulaires :
MM. ARSAC, BAZEX, DENIS, FROTTIER, GENTILINI (Président), HENRION, LAVERDANT (Secrétaire).
Membres c
orrespondants : MM. BÉANI, BRICAIRE, GIRARD.
Invité 
: M. BLANC.
Commission III
(Cancérologie)
Membres de l’Académie :
Mme TARANGER-CHARPIN, MM. AURENGO, B. de THÉ, COUTURIER, MOREAUX, ROCHEFORT (Président), TIOLLAIS, TUBIANA.
Membres correspondants :
Mmes DEJEAN-ASSEMAT, SANCHO-GARNIER, MM. FIET, JEANTEUR, LEVERGER, MASSE, NORDLINGER, RICO, ROUËSSÉ (Secrétaire), SCHAISON.
Commission VI-A
(Maladies infectieuses et médecine tropicale), Sous-groupe Vaccinations
Membres Titulaires
 : Mme BRUGÈRE-PICOUX, MM. BASTIN, BÉGUÉ (Président), BUISSON, DENIS, FROTTIER (Secrétaire), GERMAN, LAVERDANT, LE MINOR, PARODI, PILET, RÉRAT, TIOLLAIS.
Membres Correspondants :
Mme CHOISY,MM. ARMENGAUD, BAZIN, BRICAIRE, CHASTEL, DUBOIS G., DURAND, GIRARD, PÉCHÈRE, REY, RICHARD-LENOBLE, SANSONETTI.
G
roupe de travail sur « Agents infectieux, cancers et prévention »
Membres participants
 : MM. B. De THÉ, COUTURIER, DENIS, JEANTEUR, SANCHO-GARNIER, SCHAISON, TIOLLAIS.
Invités 
: Mmes LABIGNE, RAPHAËL, MM. GESSAIN, NICOLAS, ORTH, POL.

**Membre de l’Académie nationale de médecine

***Membre correspondant de l’Académie nationale de médecine

Texte court :

Il existe deux groupes de virus  HPV à tropisme génital: les virus à bas risque oncogène et les virus à haut risque oncogène (15 génotypes). Les HPV à bas risque sont la cause de condylomes génitaux et de lésions dysplasiques du col de bas grade. Les génotypes les plus fréquents sont l’HPV 6 et l'HPV 11, dont le risque carcinogène est exceptionnel.

Les HPV à haut risque sont responsables de dysplasies du col utérin de haut grade et des cancers du col. Les HPV16 et18 sont le plus souvent en cause. Il est actuellement établi que les papillomavirus humains sont les facteurs étiologiques indispensables dans le développement de lésions pré néoplasiques et néoplasiques du col utérin.

Deux vaccins papillomavirus, quadrivalent et bivalent, récemment mis au point, sont maintenant sur le marché. Ils sont tous deux efficaces sur les HPV 16 et 18, responsables de 70% des cancers du col utérin dans le monde. Le vaccin quadrivalent est également dirigé contre les HPV 6 et 11, responsables de 90% des condylomes génitaux acuminés. Les deux vaccins sont donc confrontés en priorité à la prévention du cancer du col de l’utérus, et les deux problèmes du dépistage de ce cancer et de la vaccination HPV sont donc indissociables.

1- Epidémiologie

Selon l’OMS, environ 500 000 nouveaux cas de cancers du col de l’utérus apparaissent actuellement chaque année dans le monde dont plus de 90 % dans les pays en développement [1].Ce fléau, avec plus de 260 000 morts par an, représente une des atteintes les plus graves à la santé des femmes dans les pays à ressources limitées. Ces résultats contrastent avec celui des pays riches qui ont développé des stratégies de dépistage et de prise en charge thérapeutique efficaces suivies d’une réduction spectaculaire de l’incidence et de la mortalité. Ces tendances sont cependant variables d’un pays à l’autre, en raison des nombreux facteurs qui influencent l’efficacité d’un programme de dépistage. En France, en 2000, le nombre de nouveaux cas de cancers invasifs était de l’ordre de 3400 (taux standardisé de 8/100 000), ce qui le plaçait au 8ème rang de fréquence des cancers féminins [2]. Les décès dus à ce cancer, pour la même année, étaient d’environ 1000 (taux standardisé de l,9/100 000) ce qui le plaçait au 5ème rang des décès par cancer de la femme.

2-Les vaccins HPV

Les deux vaccins sont des vaccins  recombinants issus du génie génétique, formés de pseudo-particules virales (VLP) fabriquées par auto-assemblage de la protéine majeure L1. Le vaccin quadrivalent (Gardasil® laboratoires Merck) contient 4 VLP des HPV 16, 18, 6 et 11 et le vaccin bivalent (Cervarix® laboratoires GSK) deux VLP des HPV 16 et 18. La réponse immunitaire humorale est constante et plus forte que celle observée après l’infection naturelle. Pour le vaccin quadrivalent tous les anticorps sont présents 5 ans après la vaccination. Pour le vaccin bivalent une étude de suivi prolongé sur 4,5 ans démontre que les anticorps HPV 16/18 demeurent très élevés, à des titres 17 et 14 fois plus élevés que ceux de l’infection naturelle pour les types 16 et 18 respectivement [3]. La réponse sérologique est plus forte chez les adolescentes de 11 à 15 ans que chez les femmes plus âgées. Sur ces seules données disponibles le recul n’est pas suffisant pour se prononcer sur la nécessité d’un rappel.

Les essais d’efficacité sont peu nombreux mais de grande envergure. Le critère principal de jugement ne peut pas être le cancer du col utérin en raison de la durée trop prolongée d’observation qui serait nécessaire. La FDA américaine a recommandé d’utiliser d’autres marqueurs de substitution, les lésions CIN 2/3, car elles sont les précurseurs du cancer du col. Pour évaluer l’efficacité vaccinale sur le cancer du col utérin on a eu recours à des évènements préalables au cancer, à savoir la surveillance de la primo-infection à HPV 16/18, des lésions histologiques de bas grade et de haut grade: CIS (adénocarcinome in situ), CIN1, CIN2 et CIN 3 (CIN : néoplasie intra-épithéliale cervicale) et du portage viral prolongé.

L’efficacité du vaccin quadrivalent a été évaluée par 4 études cliniques randomisées, en double aveugle, vaccin contre  placebo, chez 20541 femmes âgées de 16 à 26 ans, exemptes ou non d’infection préalable par les HPV 6, 11, 16 ou 18. L’analyse des études combinées pour le vaccin quadruple montre une efficacité de 100% (IC à 95% : 93% à 100%) pour la prévention des marqueurs CIN2, CIN3 et AIS, chez les personnes non infectées et ayant suivi le protocole. Pour la population dite « en intention de traiter », incluant en plus les femmes infectées durant le protocole et ayant reçu au moins une dose de vaccin, l’efficacité diminue jusqu’à 39% sur les lésions dues aux types vaccinaux [4,5]. 

L’efficacité du vaccin bivalent évaluée chez 776 femmes sur cette longue période est de 96,9% sur la primo-infection, de 94,3% sur l’infection persistante à 6 mois et de100% sur l’infection persistante à 12 mois pour la population suivant le protocole (PPE). L’efficacité sur les lésions cytologiques se poursuit sur 47 mois en moyenne après l’entrée dans le protocole, avec un taux de 100% sur les lésions CIN1+ (CIN 1, 2, 3, ASI, cancer invasif) et CIN2+ (lésions CIN 1+ sauf CIN1).

Une extension de la protection aux génotypes 45 et 31 est constatée dans cette étude comme dans une autre étude récente portant sur plus de 18000 femmes de 15 à 25 ans [6].

3- Évolution actuelle des méthodes de dépistage et d’évaluation du cancer du col

Les lésions précancéreuses retrouvées par les frottis ont connu des appellations successives diverses : dysplasies, puis « cervical intraepithelial neoplasia » (CIN) par Richart en 1968 divisés en trois sous-groupes : le CIN1 correspond à la dysplasie légère, le CIN2 à la dysplasie modérée et le CIN3 à la dysplasie sévère et/ou au carcinome in situ. En 1988 une nouvelle classification : The Bethesda System (TBS) distingue deux types de lésions : les lésions de bas grade (Low grade squamous intraepithelial lésions : LGSIL) qui correspondent aux CIN 1 et condylomes plans et les lésions de haut grade (Hight grade intraépithélial lesions : HCSIL) correspondant  aux CIN2 et CIN3.

Le diagnostic des lésions précancéreuses cervicales est histologique, le prélèvement biopsique étant guidé de préférence par un bilan colposcopique proposé après les résultats d’une cytologie évocatrice.

L’apport de la cytologie est essentiel. Les frottis cervico-vaginaux peuvent être réalisés de façon conventionnelle par étalement selon la technique de Papanicolaou ou par une méthode en milieu liquide. Malgré son prix de revient plus élevé cette dernière devrait être privilégiée car elle améliore la qualité sémiologique du frottis et le dépistage des lésions précancéreuses tout en permettant l’utilisation des tests. Les tests HPV (PCR ou hybridation en phase liquide) reposent sur le principe de l’hybridation moléculaire. Leur application est un progrès. Des études portant sur plusieurs milliers de patientes ont permis d’aboutir à deux notions fondamentales. D’une part, la Valeur Prédictive Négative (VPN) du test pour les lésions de haut grade étant supérieure à 99%, l’absence de papillomavirus exclue presque à coup sûr la présence d’une lésion précancéreuse. D’autre part, le couplage du frottis et du test HPV augmente la sensibilité du dépistage conventionnel. Le test HPV est particulièrement intéressant en cas de frottis ambigu (frottis ASC-US, atypical squamous cells of undetermined significance) où l’implication virale est d’environ 50%. Il est recommandé par l’ANAES dans cette indication. Une nouvelle génération de tests HPV apparaît : tests PCR dits multiplex, permettant l’ identification d’une trentaine de types d’ HPV, oncogènes ou non, nouveau type d’ hybridation en phase liquide, détection qualitative de l’ARNm E6 E7, PCR quantitative. La combinaison de la cytologie et de la biologie suggère de nouvelles stratégies de dépistage. Le test HPV pourrait être utilisé en première intention, notamment dans les pays en voie de développement, le test dépistant les femmes à risque tandis que les frottis dépisteraient les lésions intraépithéliales chez les femmes HPV+. En fait, le test HPV utilisé en première intention devrait, pour avoir toute sa signification, être répété après 6 ou 12 mois ou n’être proposé qu’après l’âge de 30 ans, étant donné la fréquence de l’infection avant cette âge et son caractère le plus souvent transitoire.

Les bilans coût/bénéfices du dépistage du cancer du col.

On se trouve confronté aujourd’hui à l’évaluation du coût-bénéfice des nouveaux vaccins HPV de prix élevé dans une problématique du dépistage du cancer du col, également en transformation et qu’il faut maintenir.

La réalisation d’études coûts/bénéfices permettant de choisir une stratégie nécessite pour être convenablement interprétée les conditions suivantes [7] : modalités de dépistage étudiées, valeurs fiables en terme de sensibilité et spécificité des tests, coûts directs et indirects explorés dans un contexte sanitaire défini, description détaillée des données utilisées et des méthodes d’analyse.

Un des problèmes majeurs concernant le frottis cervical est la variabilité observée dans l’estimation de sa sensibilité : une méta-analyse prenant en compte les études les plus fiables dans les pays d’incidence basse, rapporte une variation de 37 à 66% (intervalle de confiance à 95%), alors que sa spécificité a une valeur élevée et une homogénéité beaucoup plus grande de 97 à 99% [8]. Un autre problème important est la disparité du dépistage entre les régions et le niveau socio-économique des patientes.

Le risque de développer un cancer du col diminue régulièrement en France depuis 1980, date des premières estimations d’incidence, d’environ 2,9 % par an ; parallèlement la mortalité diminue de 4,4 % par an avec une stagnation depuis 2 000 à environ 700 décès par an.

La diminution d’incidence est due, en grande partie, à la réalisation du dépistage des lésions pré-néoplasiques par le frottis cervical. Ainsi l’efficacité des programmes de dépistage est due à l’existence de lésions précancéreuses curables et d’évolution lente : plusieurs années séparent les lésions initiales de leur transformation en cancers invasifs. Les études anatomo-cliniques ont montré que les lésions de dysplasie légère, classée à l’heure actuelle comme néoplasie intra-épithéliale cervicale de bas grade régressent en grande majorité spontanément, alors que les lésions de haut grade ont une probabilité importante de devenir des cancers invasifs en une dizaine d’années en moyenne [9].

L’essentiel des conclusions des experts européens [10] publiées en 1999 reste d’actualité (HAS 2005) à savoir :

- Le dépistage des cancers invasifs du col utérin s’adresse à toutes les femmes de 25 à 65 ans, (20 ans dans certains pays),
- La périodicité optimale est de 3 ans, après deux premiers frottis négatifs,
- Il n’est pas recommandé de moduler le rythme des frottis en fonction de l’âge ou de l’existence de facteurs de risque (car ces facteurs ne modifient pas la vitesse de croissance tumorale).
- La recherche de l’HPV est recommandée en cas de lésions ASC-US pour déterminer la conduite à tenir.

La vaccination HPV et le dépistage. Influence sur l’estimation coût-bénéfice.

La vaccination contre le virus HPV change aussi les conditions car elle devrait diminuer la prévalence des lésions précancéreuses et des cancers et, ainsi, réduire encore la valeur prédictive négative du frottis. Une étude sur les bénéfices attendus de la vaccination réalisée par B. Detournay  montre, en fonction d’un certain nombre d’hypothèses, que la vaccination apporte un bénéfice individuel supplémentaire au dépistage. La baisse maximale du nombre de cancers est obtenue en associant dépistage et vaccination avec une couverture de 80% [11].Une autre étude française très récente de modélisation médico-économique  a comparé 4 stratégies associant ou non le dépistage du cancer du col à la vaccination HPV.Le rapport est bénéfique si la couverture vaccinale est de 80% chez des adolescentes de 14 ans et si le dépistage est organisé selon le modèle-type alsacien [12].

Quoiqu’il en soit, le développement de la vaccination va apporter de nouveaux changements, en réduisant la prévalence globale des cancers du col et des lésions précancéreuses ainsi que le pourcentage des frottis anormaux qui deviendra inférieur à 3%. On peut imaginer que cette réduction soit telle qu’elle remette en cause, à terme, le dépistage cytologique. D’autre part, du fait de la réduction du nombre des frottis suspects ou pathologiques, les anatomopathologistes et cytologistes auront moins d’expérience pour reconnaître les anomalies d’où une éventuelle réduction de la sensibilité des programmes de dépistages. A long terme le dépistage pourrait s’appliquer à une population à risque, susceptible de développer un cancer, dûment repérée auparavant, ou chez les femmes HPV positives.

4- Questions posées par la vaccination HPV.

Qui vacciner et  à quel âge ?

Toutes les études  publiées montrent que l’efficacité est proche de 100% si la vaccination est pratiquée chez des femmes n’ayant pas eu de contact préalable avec HPV 16/18. La plus forte prévalence de l’infection par HPV s’observe en début d’activité sexuelle. L’idéal est donc de vacciner les jeunes filles avant l’activité sexuelle. Or l’âge des premiers rapports sexuels varie selon les pays, les cultures, la société. A l’inverse l’efficacité est très diminuée chez les femmes vaccinées mais déjà infectées par ces HPV. Les vaccins n’agissent pas sur l’évolution des lésions précancéreuses dès qu’elles sont présentes. Leur action est donc seulement  prophylactique. Il est donc évident que la stratégie de choix pour les pays occidentaux industrialisés  sera la vaccination très précoce des filles avant les premiers rapports sexuels, seule stratégie qui pourra assurer un bon rapport coût- bénéfice et une efficience maximale.

Aux Etats-Unis on recommande de vacciner les filles avant le début de l’activité sexuelle soit à 11-12 ans et un rattrapage est proposé pour les filles et les jeunes femmes de 13 à 26 ans [13].

En France le Conseil supérieur d’hygiène publique de France recommande le vaccin quadrivalent « dans la perspective de la prévention des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l'utérus ainsi que de la prévention des condylomes vulvaires, la vaccination des jeunes filles de 14 ans, afin de protéger les jeunes filles avant qu'elles ne soient exposées au risque de l'infection HPV ». Cet âge plus tardif que celui retenu par les Etats-Unis et d’autres pays (Suisse, Grande-Bretagne, Italie) est justifié par l’âge des premiers rapports sexuels en France  soit 3% avant 15 ans et 9% avant 16 ans et par l’incertitude sur la durée de protection [14].

 La recommandation de vaccination est également très différente pour les femmes âgées de plus de 14 ans, le Conseil supérieur d’hygiène publique de France « recommandant que le vaccin soit également proposé aux jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 23 ans qui n’auraient pas eu de rapports sexuels ou au plus tard, dans l'année suivant le début de la vie sexuelle, proposition qui pourrait être faite à l’occasion d’une primo-prescription de contraception, d'un recours à une pilule du lendemain, d'une consultation pour tout autre motif ».

Il existe des divergences sur ce rattrapage par la vaccination des femmes plus âgées. La Société américaine du cancer estime que seule la vaccination avant l’âge des premières relations sexuelles, donc à 11-12 ans, procure une certitude d’efficacité. L’efficacité et le bénéfice potentiel au-delà de 19 ans étant beaucoup moins évidents, cette Société est actuellement réservée sur l’intérêt d’une vaccination généralisée au-delà de cet âge [15].

La vaccination des garçons.

La vaccination des garçons, en cours d’étude, pourrait permettre l’interruption de la transmission. Cependant des inconnues scientifiques persistent sur la valeur protectrice du vaccin chez le garçon et le rapport bénéfice-risque ne parait pas évident. Taira et al, par une étude de modélisation, estiment que la vaccination conjointe des garçons n’affecterait l’incidence du cancer du col que d’une manière marginale et qu’elle n’est pas efficace sur le rapport coût-bénéfice [16].

Place des vaccins dans la prévention du cancer du col.

Le risque d’introduire une vaccination contre le cancer du col est l’abandon du dépistage par une population féminine qui pense être protégée contre tous les cancers du col. Il serait en effet préjudiciable à la santé publique que cette vaccination qui, dans les meilleurs des cas ne pourra assurer que 70% de la prévention des cancers du col, fasse négliger le renforcement et l’organisation de ce dépistage en France.

Par conséquent toutes les recommandations actuelles et les publications sur les vaccins HPV insistent sur la nécessité impérieuse de maintenir fermement le dépistage du cancer du col et de le renforcer. La vaccination et le dépistage demeurent donc complémentaires, comme l’expriment le CTV et le  CSHPF : « organiser le dépistage des lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus par frottis cervico-utérin sur l'ensemble du territoire, la vaccination contre les papillomavirus 16 et 18 ne pouvant s'y substituer »[14]

Si ces vaccins sont très efficaces chez les femmes vaccinées et non infectées par les HPV des vaccins, leur action reste modeste en cas d’infection préalable à la vaccination, comme le prouvent les essais cliniques randomisés. La mise en place d’une vaccination généralisée des adolescentes ne semble pouvoir être suivie d’un effet sur l’incidence du  cancer du col qu’après 20 ou 30 ans. A long terme une vaccination largement appliquée permettrait un dépistage plus tardif et un espacement des examens systématiques. Plusieurs auteurs soulignent les incertitudes qui existent à long terme, rendant difficiles des études de coût-efficacité valables pour établir une politique vaccinale: les modifications possibles à long terme de l’histoire naturelle des maladies à HPV 16 /18 dont l’impact se réduirait pourrait conduire à espacer le dépistage. La vaccination peut réduire aussi la valeur prédictive positive de la cytologie en réduisant le nombre des prélèvements anormaux réellement positifs [17, 18, 19].

Les autres cancers
Le bénéfice des vaccins peut aussi s’accroître parleur action sur d’autres cancers : cancers vulvaires, vaginaux,  anaux et peut-être oro-pharyngés.

Les condylomes

L’incidence annuelle des condylomes génitaux a été estimée en France à 107 pour 100 000 habitants; le vaccin quadrivalent ajoute donc cette prévention, qui n’est pas à négliger en raison de la répercussion de cette affection sur la vie affective des patientes.

La durée de la protection. Les rappels
.
Une surveillance très prolongée et complète doit s’instaurer sur l’évolution du cancer du col, la protection des femmes vaccinées, la durée de la protection immunitaire. Elle est également indispensable pour répondre sur le meilleur âge de la primo vaccination mais surtout sur la nécessité ou non d’un  rappel vaccinal à 5 ans.

Information et Formation.

L’information, essentielle, devra concerner les adolescents, les femmes, les familles mais aussi l’ensemble des personnels de santé. L’information des adolescents, selon leur âge doit être particulièrement préparée. Leur accès libre à ces vaccins pose également des questions difficiles par rapport aux parents. Cette information est nécessaire mais difficile pour ce type de message de prévention, qui ne doit amoindrir ni celui du dépistage du cancer du col utérin ni celui du dépistage et de la protection vis-à-vis des autres IST, et en particulier du Sida. Elle devra aussi tenir compte de l’environnement socio-culturel de la population concernée, en fonction de l’âge auquel le vaccin sera proposé (les femmes migrantes, par exemple, qui ont un dépistage du cancer plus faible sont particulièrement concernées par ces vaccins).

Les études faites aux Etats-Unis sur des populations variées d’adolescentes, de femmes jeunes et d’étudiantes sur leur connaissance des papillomavirus humains  montrent que leur information est très limitée ou absente, même si elles ont des antécédents de dépistage avec des résultats anormaux [15].

Chez les professionnels de santé cette connaissance sera aussi à perfectionner. Les gynécologues ont une meilleure connaissance de l’histoire naturelle des HPV que d’autres catégories de médecins, tels que les pédiatres ou les généralistes. Des formations spécifiques sont donc souhaitables pour mieux appliquer les recommandations concernant les vaccins HPV.

La vaccination HPV dans les pays en voie de développement
Les pays qui ne disposent pas d’un dépistage organisé du cancer du col utérin sont ceux pour lesquels cette vaccination serait la plus bénéfique. On ne peut cependant pas exiger les mêmes critères de surveillance, très onéreux, que pour les pays industrialisés. La stratégie reste à définir et peut différer selon les pays. La question de l’acceptabilité culturelle de la prévention d’une IST par la vaccination HPV peut poser des problèmes importants de mise en place dans certains pays. La vaccination dirigée vers les filles peut, par exemple, exacerber des rumeurs défavorables envers ce vaccin, à l’instar d’autres expériences du passé.[20]. L’OMS de la région des Amériques recommande d’obtenir une couverture élevée chez les jeunes filles et de commencer 3 ans avant l’âge moyen des premiers rapports sexuels [21].

Références

  1. Organisation Mondiale de la Santé (2002) - Plan de contrôle des cancers. 2nd ed Geneva
  2. Remontet L., Bueni A., Velten M. et al. (2003) - Évolution de l’incidence et de la mortalité par cancer en France de 1978 à 2000. INUS Paris. http//www.invs.sante.fr
  3. Harper D.M., Franco E.L., Wheeler C., Moscicki A., Romanowski B., Roteli-Martins C.M. et al. - Sustained efficacy up to 4.5 years of a bivalent L1virus- like particle vaccine against human papillomavirus type 16 and 18: follow-up from a randomised control trial. Lancet. 2006, 367: 1247-55
  4. Mao C., Koutsky L.A., Ault K.A., Wheeler C.M., Brown D.R., Wiley D.J. et al. - Efficacy of human papillomavirus -16 vaccine to prevent cervical intraepithelial neoplasia: a randomised controlled trial. Obstet. Gynecol. 2006, 107: 18-27.
  5. Villa L.L., Costa R.L., Petta C.A., Andrade R.P., Ault K.A., Giuliano A.R., Wheeler C. et al. - Prophylactic quadrivalent human papillomavirus (types 6, 11, 16 and 18) L1virus-like particle vaccine in young women: a randomised double-blind placebo controlled multicentre phase II efficacy trial. Oncology. The Lancet. 2005, 6: 271-8.
  6. Future II study group. Quadrivalent vaccine against human papillomavirus to prevent high-grade cervical lesions. N. Engl. J. Med. 2007, 356: 1915-27.
  7. Merea E., Le Gales C., Cochand-Priollet B., Cartier I., de Cremoux P., vacher-Lavenu M.C. et al. - Cost of screening for cancerous and precancerous lesions of the cervix. Diag. Cytopatol. 2002, 27: 251-7.
  8. Mc Crory D.C., Matchar D.B., Bastian L. et al. - Evaluation of cervical cytology. Evidence Report/Technology Assessment N°5. AHCPR publication N°99-E010. Rockville, MD: Agency for Health Care Policy and Research. Feb. 1999.
  9. Sastre-Garau X., Asselain B., Bergeron C. et al. (1996) - Precancerous and cancerous involvement of the uterine cervix, Results of a survey conducted by the “Genital Cancers” group of LIe de France, May 1990 — May 1992, based on 8,805 biopsies. Bull. Cancer, 83: 400-6
  10. Recommandations UE. Dépistage du cancer dans l’union Européenne. Comité Consultatif sur la prévention du cancer, Vienne 18-19 Novembre 1999.
  11. Detournay B. - Les leçons des modélisations : le cancer du col. Progyn. Monaco 5 Oct. 2007.
  12. Lévy-Bruhl D., Kudjawv Y. (INVS), Dervaux B., Lenne X. (Cresge) - Modélisation médico-économique de l’impact de l’organisation du dépistage du cancer du col utérin et de l’introduction de la vaccination contre les HPV dans le calendrier vaccinal (synthèse).ref ?
  13. Markowitz L., Dunne E., Sarayia M., Lawson H., Chesson H., Unger E. - Advisory Committee on immunization practices. Quadrivalent human papillomavirus vaccine. MMWR, 2007, 56: 1-24.
  14. Ministère de la santé et des solidarités. Avis du Conseil supérieur d’hygiène publique de France relatifs à la vaccination antipapillomavirus type 16 et 18 (séance du 9 mars 2007). BEH. 2007, 31-32 : 284-6.
  15.  Saslow D., Castle P.E., Cox J.T., et al. - American cancer society guideline for human papillomavirus (HPV) vaccine use to prevent cervical cancer and its precursors.CA Cancer J. Clin. 2007, 57: 7-28.
  16. Taira A.V., Neukermans C.P., Sanders G.D. - Evaluating human papillomavirus vaccination programs. Emerg. Infect. Dis. 2004, 10: 1915-23
  17. Adams M., Jasani B., Fiander A. - Human papillomavirus(HPV) prophylactic vaccination : challenges for public health and implications for screening. Vaccine. 2007, 25: 3007-13.
  18. Boot H.J., Wallenburg I., de Melker H.E., Mangen M.J., Gerritsen A.A., Van der Maas A.A., Berkhof J., Meijer C.J., Kimman T.G. - Assessing the introduction of universal human papillomavirus vaccination for preadolescent girls in The Netherlands. Vaccine.2007, 25: 6245-56.
  19. Newall A.T., Beutels P., Wood J.G., Edmunds W.J., MacIntyre C.R. - Cost-effectiveness analyses of human papillomavirus vaccination. Lancet Infect. Dis. 2007, 7: 289-96.
  20. Kane M.A., Sherris J., Coursaget P., Aguado T., Cutts F. - HPV vaccine use in the developing world. Vaccine.2006, 24S3: S3/132-S3/139.
  21. Pan American Health Organisation. Ad hoc meeting of experts on surveillance of HPV-associated disease in the Americas. Immunization newsletter (PAHO). 2006, XXVIII (6): 1-4.

L’Académie, saisie dans sa séance du mardi 11 décembre 2007, a adopté le texte de ce rapport à l’unanimité.
Le Secrétaire perpétuel
Professeur Jacques-Louis BINET

 

 
 

Recommandations  sur la vaccination par les vaccins HPV
 
 

Deux vaccins papillomavirus récents, bivalent et quadrivalent, sont maintenant disponibles en France. Deuxièmes vaccins contre un cancer humain, après celui de l’hépatite B, ils constituent un progrès important pour la santé publique. Ils s’avèrent bien tolérés et très efficaces contre les HPV 16 et 18, responsables de 70% des cancers du col utérin dans le monde et, pour ce qui est du vaccin quadrivalent, contre les HPV 6 et 11, responsables des condylomes acuminés de la sphère ano-génitale. Si leur application apparaît hautement souhaitable, elle doit être néanmoins soigneusement concertée et évaluée.

L’Académie nationale de médecine émet les recommandations suivantes :

1/ Le dépistage du cancer du col utérin en France ne doit pas être remis en cause par la mise en place de la vaccination HPV. Il serait préjudiciable à la santé publique que cette vaccination qui, dans les meilleurs des cas, ne pourra assurer que 70% de la prévention des cancers du col en raison de la prévalence des sérotypes 16 et 18, fasse négliger le renforcement et l’organisation de ce dépistage en France.

Il sera utile de préciser les conditions techniques du dépistage : cytologie par frottis conventionnels ou en milieu liquide et/ou tests de détection des HPV oncogènes et le rythme du dépistage, qui pourraient, à terme, se modifier sous l’influence de la vaccination.

 2/ Reconsidérer l’âge de la primo-vaccination qui a été fixé à 14 ans au vu de l’âge moyen des premiers rapports sexuels en France et par souci de tenir compte de la durée de protection vaccinale actuellement connue qui est de 5 ans. L’âge de 11-13 ans, retenu par les pays qui mettent en place cette vaccination, offre de bien meilleures chances d’accessibilité et donc de couverture vaccinale élevée nécessaire pour accéder à un rapport coût-efficacité bénéfique. A cet âge l’efficacité du vaccin est très élevée, nettement supérieure à 90%. Le non remboursement des vaccins avant 14 ans en France limite aussi la pratique de la vaccination chez les préadolescentes et devrait être revu.

3/ La vaccination de rattrapage des femmes de 16-25 ans est d’une efficacité nettement moindre, une part importante de ces jeunes femmes ayant eu déjà des rapports sexuels, comme en témoignent les essais vaccinaux  publiés. Une étude de cette population suivie d’un message approprié serait nécessaire.

4/ Une surveillance doit s’exercer et des études complémentaires doivent être conduites sur les points suivants :

- Rapport coût-efficacité de la vaccination HPV en France, compte tenu de la conduite simultanée du dépistage du cancer du col et de la vaccination,

- Durée de la protection vaccinale, pour répondre notamment à la question de la périodicité des rappels,

- Age des premiers rapports sexuels en France, qui sert de critère pour l’épidémiologie et l’indication de l’âge optimal pour la vaccination des filles.

- Epidémiologie des papillomavirus humains oncogènes pour déceler un changement   éventuel de la répartition et de la prévalence des divers génotypes suite à la mise en œuvre de la vaccination,

- Evolution des lésions précancéreuses chez les vaccinées,

- Vaccination des garçons : épidémiologie, réponse immunitaire, influence de la vaccination, qui demeurent insuffisamment connues actuellement,

- Vaccination des personnes immunodéprimées, en particulier en cas d’infection par le VIH.

5/ Contenu et Qualité de l’information.

Nécessaire mais difficile pour ce type de message de prévention, l’information ne doit amoindrir ni les messages du dépistage du cancer du col utérin ni ceux du dépistage et de protection vis-à-vis  des autres IST, en particulier pour l’infection à VIH. Elle devra concerner les adolescents, les femmes, les familles, mais aussi l’ensemble des personnels de santé, demandant l’attention des autorités de santé publique mais aussi de l’industrie produisant les vaccins. Elle devra aussi tenir compte de l’environnement géographique et socio-culturel des populations concernées, en fonction notamment de l’âge auquel le vaccin sera proposé.

 
 

 
 

Liste des termes

Accueil du livre

www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com

  Paris / France