Clystères : seringues à lavement

  • Le clystère : seringue à lavement (حقنة شرجية) ; puis le lavement lui-même.

    Clyse- = du Grec : kluzein « laver ».


  • Seringue : petite pompe (cylindre se terminant par une canule) servant à envoyer des liquides par compression manuelle à l'aide d'un piston.

  • Le lavement : il s'agit d'eau (parfois additionnée d'un médicament) injectée dans le rectum à l'aide d'un clystère (une seringue se terminant par une canule que le soignant introduit à travers le canal anal afin de vider le contenu du clystère dans la lumière du rectum)

  • Le clystère est un procédé thérapeutique connu depuis l'Antiquité, car Hippocrate traitait de nombreuses affections par des lavements.

  • Les lavements peuvent être purgatifs (laxatifs), détersifs (nettoyants), émollients (apaisants), astringents (resserrant les tissus et diminuant les sécrétions).
    Le lavement baryté consiste à injecter dans la lumière des gros intestins, par voie anale d'une solution au sulfate de baryum (substance radio-opaque), en vue d'un exploration radiologique de ces intestins.

  • Clysoir : Long tube souple en caoutchouc dont une extrémité est munie d'une canule qu'on introduit dans le rectum à travers du canal anal ; l'autre extrémité du tube est évasée en entonnoir (ou une autre forme de récipient) pour recevoir l'eau ou la solution à introduire dans les gros intestins. Donc le clysoir serve à prendre des lavements.

  • Clysopompe : dans cet appareil l'eau ou la solution médicamenteuse est envoyée vers les gros intestins par une pompe aspirante et foulante (donnant un jet saccadé).

  • Bock : il s'agit d'un récipient en métal émaillé, en verre ou en porcelaine, relié à sa partie inférieure à un tuyau auquel on adapte un tube souple (en caoutchouc) se terminant à sa proximité distale par un dispositif fonctionnant comme un robinet, auquel il est possible d'adapté des embouts de diverses formes et tailles servant comme des canules pour lavements, mais elles peuvent être utilisées aussi pour des toilettes internes (vaginales, nasales, buccales, et de l'oreille externe) et aussi pour divers genres d'injections externes comme le lavage des blessures et des brûlures.
    Le bock à remplacé le clystère, le clysoir, le clysopompe et la poire à lavement qui ne sont plus utilisés aujourd'hui.

 

Musée virtuel de la Médecine