Ventouse médicale
(vacuum cap)
المحجم الطبي
Instrument médical utilisé autrefois pour son effet thérapeutique par révulsion

Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash




Exemple de l’utilisation de la ventouse dans le cadre de la médecine traditionnelle au Viêtnam

  • Ventouse :
    En Médecine, il s'agit de trois types d'instruments :
    • La ventouse médicale :
      • Petit récipient généralement en verre sous forme d'ampoule que l'on applique sur la peau après avoir raréfié par une flamme l'air intérieur (en allumant un morceau de papier ou du coton puis l'introduisant dans la ventouse). Il existaient d'aures formes de ventouses médicales comme par exemple la ventouse de Sanverre.

      • La raréfaction de l'air permet d'abord d'éteindre très rapidement la flamme, puis elle permet de produire de vide partiel à l'intérieur de la ventouse ; ce vide partiel aspire la peau, dilate les vaisseaux de la circulation sanguine capillaire et entraîne une congestion cutanée localisée sur le site de l'application du vide, donc la peau qui monte dans la ventouse devient rouge, piquetée, violacée...
      • La congestion de la zone d'application de la ventouse permet, en augmentant le flux sanguin vers la peau de décongestionner un organe malade plus profond et accélérer sa guérison ; c'est le fameux effet par révulsion.

      • La ventouse est généralement appliquée sur la peau au niveau de la poitrine ou du dos et du ventre, pour traiter autrefois, certaines maladies comme, la pneumonie, la bronchite, les douleurs du dos, et du ventre...
      • La ventouse (ou l'application de la ventouse) est un procédé médical ancien, qui n'est plus décrite dans les livres de la Médecine moderne, elle faisait avec le saigner et la cautérisation, les piliers de la Médecine thérapeutique ancienne, surtout pour certaines pathologies thoraciques, dorsales et abdominales.

      • La ventouse, de nos jours, fait toujours partie des procédés thérapeutiques indispensables dans la médecine traditionnelle de certains pays (voir cet exemple au Viêtnam).

      • Dans la littérature de 19ème siècle, on peut trouver certains mots en rapport avec la pratique de la ventouse comme :
        • Ventouse l'instrument et ventouse, le procédé médical.
        • Ventouser (verbe) et ventousage (nom) : application de la ventouse.
        • Ventouser : poser des ventouses à (un malade).
        • Ventouseur, ventouseuse : celui ou celle qui pose des ventouses ; le ou la spécialise dans la pose des ventouses.
        • ventousé(e) : quand on applique des ventouses sur une personne, cette personne est ventousée.
        • Ventousaire (adj) : qui a une fonction de ventouse.

    • La ventouse pour saignées :
    • La ventouse obstétricale (vacuum extractor) :
      • Il s'agit d'un instrument sous forme de cupule métallique ou en plastique, de différents diamètres (selon la dilatation du col utérin, car historiquement la ventouse fut utilisée au départ pour dilater le col et extraire le fœtus), et que l'on fixe sur le crâne du fœtus au moyen du vide contrôlé, pour faciliter son expulsion par la voie génitale naturelle, ou lors de la césarienne.

      • Historiquement, les premières ventouses obstétricales apparurent à la fin du 18e siècle puis elles furent abandonnées au 19e siècle. Il a fallu ensuite attendre jusqu'à 1957 pour voir réapparaître la ventouse obstétricale de Malmström, il s'agissait d'un système composé d'une cupule métallique plate reliée à une pompe à vide permettant de fixer cette ventouse par la force de dépression sur le cuir chevelu du crâne, puis une chaînette attachée à la cupule permettait de réaliser les manœuvres obstétricales recherchées, c'est-à-dire la flexion et la traction du pôle céphalique fœtal à travers la filière génitale jusqu'à son dégagement.

      • Pour la ventouse obstétricale, le vide (ou la dépression permettant sa fixation sur la présentation fœtale) est obtenu :
        • Soit à l'aide d'un aspirateur de l'air manuel ; en effet il s'agissait d'une pompe de bicyclette au joint de cuire inversé.
        • Soit à l'aide d'un aspirateur de l'air électrique (pompe à vide) :
          • Dans les deux cas, la puissance du vide est contrôlée par un manomètre afin que la ventouse se fixe suffisamment bien sur le cuir chevelu de la tête fœtale ce qui réduit le risque de lâchage (dérapage) de la cupule de la ventouse durant l'extraction par flexion-traction sur la tête fœtale ; puis le contrôle de cette puissance permet d'éviter les risques de traumatismes de la peau du crâne fœtal et son système nerveux central.

            La puissance du vide appliquée sur le cuir chevelu fœtal ne doit pas dépasser généralement le 800 mbar ; pour cette puissance de vide et avec une ventouse à cupule de 5 cm de diamètre (comme c'est le cas dans la ventouse du Pr Schaal et aussi le Kiwi) on peut soulever à la verticale un poids 15.70 kg contre 10.04 kg pour une cupule de 4 cm de diamètre et enfin, et 5.64 kg pour une cupule de 3 cm de diamètre.
            (La formule de calcul étant : Force de traction en kg = 0.8 kg x surface de la cupule en cm² = 0.8 π R²).
            Pour comparaison, la force de traction du forceps peut atteindre 30 kg avant de présenter un risque pour le fœtus.

            Il existe actuellement pour les ventouses obstétricales utilisant un système de dépression externe, comme c'est le cas dans la ventouse de Schaal, des pompes à vide munies de microprocesseur permettant un contrôle automatique du vide avec un premier niveau de dépression à 200 mbar afin de vérifier le bon positionnement de la cupule sur la présentation fœtale, puis un deuxième niveau de dépression à 800 mbar, c'est-à-dire la dépression d'action, et qui reste stable tant que la ventouse n'est pas détachée de la présentation fœtale.

            A la fin de la deuxième phase du travail (phase d'expulsion du fœtus), les efforts expulsifs nécessaires peuvent atteindre le 17 à 23 kg, ils sont obtenus naturellement par l'association des contractions utérines et les poussées abdominales de la parturiente, donc la traction seule par la ventouse ne permet pas l'expulsion fœtale (force de traction maximale de 15.7 kg), d'où la nécessité d'effectuer la traction par la ventouse au cours des contractions utérines associées aux efforts expulsifs fournis par la parturiente elle-même, d'où l'intérêt que cette dernière soit coopérative et consentante.

        • La ventouse est utilisée par beaucoup d'équipes obstétricales comme un moyen instrumental d'extraction fœtale, soit pour substituer au forceps, soit comme une technique obstétricale supplémentaire avec ses propres indications ; et enfin, il y a des équipes qui n'utilisent pas cet instrument, ou l'utilisent mais rarement.

Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour le 28 Décembre, 2014


www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com
Paris / France