Colposcopie
(colposcopy)
Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : 7 Janvier, 2013


 
  • Examen du col de l'utérus et du vagin par l'intermédiaire d'un colposcope (qui est un appareil optique grossissant) pour rechercher et repérer sur ces organes des lésions inflammatoires ou précancéreuses ou cancéreuses et ensuite pratiquer des biopsies guidées de ces lésions.

  • Pour que l'examen colposcopique du col utérin soit  réalisé correctement il faut que le médecin puisse étudier la zone de la jonction entre le revêtement de la partie extérieure du col utérin (l'exocol) et le revêtement du canal cervical (endocol) ; cette zone de jonction est facilement visible dans la période du cycle menstruel qui correspond aux quelques jours qui précédent l'ovulation. Chez la femme ménopausée, cette zone de jonction est rétractée à l'intérieur du canal cervical mais un traitement par d'œstrogène local ou général qui sera prescrit pendant les dix jours précédant à l'examen permettre d'extérioriser cette zone.

  • La colposcopie est souvent réalisée à la suite de :
      • frottis cervico-utérins anormaux nécessitant un examen approfondi du col utérin avec la réalisation des biopsies guidées ;
      • parfois d'emblée, sans frottis cervical préalable si l'examen clinique à l'œil nu suspecte des anomalies nécessitant l'exploration ;
      • dans le cadre de la surveillance des lésions déjà mises en évidence et traitées.

l'examen colposcopique comprend trois ou quatre temps :

      • Examen sans préparation du col utérin avant et après nettoyage avec un coton sec (voir : col de nullipare , et col de multipare ).
      • Parfois, il faut utiliser des écarteurs spécifiques pour explorer convenablement la jonction exo-endocervicale (speculum de Koogan )
      • L'examen du col utérin sous agrandissement optique et après utilisation de filtres de lumière spécifiques, on peut mettre enévidence et étudier les réseaux de micro-vaisseaux sanguins qui se trouvent sur la surface de l'exocol (la partie intra-vaginale du col utérin), les anomalies de ces réseaux (la néovascularisation et l'anarchie de répartition) permettent de localiser les zones anormales de l'exocol et de la zone de jonction.
      • Examen après application d'acide acétique à 2 % : les anomalies des revêtements du col utérin apparaissent (elles prennent une coloration blanchâtre grâce à la coagulation des protéines : zone blanche, mosaïque, base...) ;
    • Examen après badigeonnage du col utérin au 
    • lugol (test de Schiller ) : le lugol se fixe sur le revêtement normal de l'exocol porteur de glycogène (complexe de sucres), cette fixation colore l'exocol en couleur brunâtre sauf les lésions du revêtement de l'exocol qui sont dépourvues de glycogène et qui ne prennent pas cette coloration (test négatif ).

      • Biopsie colpoguidée du col utérin : suite à l'ensemble des observations précédentes, le médecin peut parfois juger nécessaire de réaliser des biopsies au niveau des zones lésionnelles individualisées, ces biopsies sont effecutées à l'aide des pinces à biopsies inventées pour cette acte ().
      • Parfois, quand la zone de jonction est impossible à visualiser, l'opérateur peut être amener à réalsier un curetage de l'endocol en utilsant soit une curette () soit une canule de Novack ( )

    • Fichier associés :

 
   

Liste des termes

Accueil du livre
 
 

 
www.aly-abbara.com
www.avicenne.info
www.mille-et-une-nuits.com


  Paris / France