Volumineux fécalome se manifestant par rétention fécale (constipation prolongée) et une rétention urinaire avec miction par regorgement
Images de IRM (Imagerie par Résonance Magnétique)

Il s'agit d'une patiente âgée de 92 ans, ayant dans ses antécédents une hystérectomie totale avec annexectomie bilatérale à l'âge de 48 ans pour utérus myomateux ; elle se présente aux urgences pour une constipation chronique et prolongée, douleurs abdomino-pelviennes et l'impossibilité d'effectuer une miction urinaire normale (miction par regorgement) ; l'ensemble de ces symptômes dure depuis plusieurs semaines. L'examen clinique (le toucher rectal et toucher vaginal) met en évidance la présence de ce volumineux fécalome ; puis un volumineux globe vésicale nécessitant la réalisation de cette IRM quelques jours auparavant.

Auteur : Dr Aly Abbara
Mise à jour : le 11 Mars, 2012

  • Fécalome [(fécal- = excréments ; lie) ; (-ome = tumeur) donc : tumeur fécale] :
    • Il s'agit d'une masse de matières fécales durcies dans le rectum et parfois aussi dans le sigmoïde ; il est la conséquence de la accumulation, l'agglomération et la déshydratation des fèces suite à une constipation prolongée. Ces matières fécales durcies avec l'impossibilité de leur exonération, peuvent être prise pour une tumeur pelvienne ou abdomino-pelvienne d'où la terminologie (fécalome) tout en sachant qu'il s'agit d'une fausse tumeur.

    • Cliniquement le fécalome se manifeste par une constipation prolongée, des douleurs abdomino-pelviennes dues aux spasmes, parfois de fausse diarrhée muqueuse composée des sécrétions de la muqueuse tapissant la paroi rectale. Quand il s'agit de volumineux fécalome, on peut observer certaines phénomènes cliniques en rapport avec de la compression des organes avoisinats (le col de la vessie et l'urètre dans cas présent) ; parfois il peut se produire une occlusion mécanique du tube digestif avec distension abdominale puis le risque de perforation colique et péritonite aiguë fécale.

    • Le fécalome est une affection digestive des personnes âgées, des personnes affaiblies, alitées de façon prolongée, des personnes (même jeunes) souffrant d'un mégacôlon, d'une paraplégie ou atteintes d'affections neurologiques, ou sous médicaments neurotropes.
      Dans la période postopératoire favorise la formation de fécalome surtout avec l'utilisation fréquente des antalgiques opiacés et des substances anticholinergique ; dans ce cas là le fécalome peut aggraver l'iléus paralytique postopératoire classique.

    • Le fécalome peut être aussi observé chez les personnes (surtout les enfants) consommant une importante quantité des certaines graines de plantes avec leur enveloppe ou écorce (graines de pastèque, de tournesol, de melon, de citrouille...)

    • Le toucher rectal permet de faire le diagnostic de fécalome, mais le toucher vaginal aide aussi à faire le diagnostic en percevant la présence de cette masse fécale qui occupe le rectum et qui gene relativement par son volume l'exploration aisée des organes génitaux internes.

    • La prise en charge consiste à évacuer le contenu fécal du rectum en faisant des lavements évacuateurs afin d'obtenir un ramollissement des fèces, mais souvent l'évacuation par fragmentation à l'aide des manoeuvres digitales s'avère nécessaire (parfois sous anesthésie locale du sphincter anal, voire sous anesthésie générale).
      Certains auteurs affirment de la nécessité de pratiquer une recto-coloscopie dès que le fécalome est évacuer afin d'éliminer la coexistence possible d'un processus inflammatoire ou tumoral.

  • Miction par regorgement :
    • Physiologiquement la vessie devient passive et ne se contracte plus quand son contenu dépasse sa capacité normale qui varie d'une personne à l'autre et qui est en moyenne de l'ordre de 500 ml environ.

    • La miction par regorgement est une incontinence urinaire sur une vessie distendue et passive qui ne peut pas s'évacuer spontanément par la contracture ure de sa musculature, alors quand l'accumulation des urines dans sa cavité atteint un volume supérieur à sa capacité (qui n'est pas illimitée), la pression intravésicale dépasse la résistance du sphincter du col de la vessie et de l'urètre afin de permettre le vidange du trop plein d'urines, ce vidange est appelé " miction par regorgement ".
      Donc pour être plus simple, la miction par regorgement est un écoulement de l'urine qui s'échappe par trop-plein de la vessie, lorsque celle-ci ne se contracte plus (définition du Grand Robert de la langue française).

    • On peut conclure à partir de cette définition que la miction par regorgement est toujours précédée par une rétention urinaire qui peut être aiguë et extrêmement douloureuse quand les récepteurs sensitifs de la vessie sont intacts, mais la rétention urinaire peut être chronique et indolore surtout chez les personnes ayant une vessie neurologique avec la perte de la sensibilité vésicale.

    • En obstétrique :
      • La rétention urinaire aiguë peut survenir chez les femmes enceintes à la fin du premier trimestre de la grossesse par l'enclavement de l'utérus gravide dans le petit pelvis dans certains de forte rétroversion-rétroflexion, ce qui entraîne une compression du col de la vessie et l'urètre avec une miction impossible. Dans ce cas là, il faut vider la vessie par sondage, puis désenclaver l'utérus gravide par manoeuvres digitales, tout en installant la femme enceinte en position géno-pectorale, mais parfois le désenclavement chirurgical de l'utérus par laparotomie peut s'avérer nécessaire.

      • Tout obstacle prævia pelvien (kyste annexiel utérin, myome utérin ou annexiel...) peut aussi être à l'origine d'une rétention urinaire aiguë au cours de la grossesse.

      • La rétention urinaire aiguë peut se voir aussi après un accouchement par voie naturelle, sans ou avec application instrumentale (forceps, ventouse).

    • En dehors de la grossesse, la rétention urinaire peut être provoquée par :
      • Lésion compressive : tumeur pelvienne ; volumineux fécalome... ;
      • Troubles de la statique pelvienne : prolapsus génital total ; cystocèle sévère...
      • Infection vulvo-vaginale et urétrite aiguë : particulièrment dans l'infection herpétique primaire vulvo-vestibulaire.
      • Après la chirurgie pelvienne : cures chirurgicales de prolapsus génital, d'incontinence urinaire à l'effort, de la chirurgie de l'endométriose profonde et en particulier l'endométriose de la cloison vésico-vaginale, après hystérectomie par voie base ou abdominale, simple ou élargie ; la chirurgie cancérologique pelvienne et tout autre chirurgie pelvienne....
      • Traumatismes pelviens
      • Chez les patientes souffrant de vessie neurologique : femmes très âgées ; présence de troubles neurologiques dans le cadre du diabète, sclérose en plaques (SEP), lésion de la moelle osseuse et de la queue de cheval ; traumatisme du système nerveux ; sous l'effet de certaines médicaments...

 

Gynécologie Obstétrique
Utérus


Site du Dr Aly Abbara
avicenne.info
mille-et-une-nuits.com